sur notre blog Fessées Pyrénéennes. Maître Ours et ses soumises vous racontent leurs jeux entre adultes consentants. Fessées, bondages, exhibitions, à chaque soumise son jeu, ses plaisirs. Découvrez aussi l'apprentissage du rôle de domina de Mirabelle (soumise de Maître Ours) et les récits de ses soumis. N'hésitez pas à commenter et à participer aux provocations de ces chipies. Bonne visite.
Repères du blog :



récitsRécits carnet de punitionPunitions album photoPhotos VidéosVidéos




5 mai 2011

Récits

Allez Chipie, en route pour l'aventure

Quatrième convocation - 1er jour :
Il est temps pour moi de retourner solder mon compte. Le nombre de bêtises accumulées depuis deux mois me valent une lourde semaine de soumission. Les règles ont été clairement établies et le carnet bien alimenté. Mais le bruit qui court ne me rattrapera pas, même si je peux me montrer plus obéissante parfois. C'est juste parfois, d'accord. Qu'on ne confonde pas avec une Mira docile et obéissante, car là, promis vous aurez tout faux. Et pour cette convocation, j'arrive en compagnie d'une sacrée Chipie. Comme moi quoi rien de plus normal après tout. 

Dimanche enfin. Cette obsession occupe mon esprit jours et nuits depuis une semaine. Mes retrouvailles avec Maître Ours sont des moments exquis de douces complicités et de liberté. Impossible de ne pas être en forme. Ma voiture brille comme un sou neuf. Son moteur m’invite à un jeu complice de fluidités et de puissances. C’est une Chipie qui aime titiller les frimeurs de conducteur. Elle en est même parfois un peu insolente, je le reconnais. Elle est toute moi. Ce matin ensoleillé me rend toute guillerette.

Le plus bel homme au monde… Normal n’est-ce pas ? C’est tout de même mon mari. Le plus bel homme au monde, disais-je, mon mari donc, m’avait soigneusement préparé mon petit déjeuner. Une marque d’attention auquel j’ai droit chaque jour. Et vous voulez que je le laisse à quelqu’un d’autre, trop tard, il est à moi et je le garde. Petit tour à la salle de bain afin de vérifier que j’avançais bien dans ma préparation. Il est vrai que je suis moins longue que lui. C’est un homme, et j’ai décidé de faire avec. Déjeuner pris, les bagages déposés dans le coffre, me voilà en route pour les Pyrénées.

À bord de Super Chipie, j’avale les kilomètres. Aucune voiture n’arrive à rivaliser. Je suis la reine de l’autoroute l’Alienor. Virage à droite, virage à gauche. Clignotant à gauche, je double un endormi du dimanche. Un homme tente d’empêcher Chipie de le doubler. Il accélère en même temps que nous. Pas de chance. Chipie n’apprécie pas et passe à la vitesse supérieure laissant en plan ce prétentieux conducteur. Bon sur le coup, Chipie est montée à 160 km/h. Ce n’est pas sérieux, mais c’était juste le temps nécessaire pour le doubler. Et lui montrer le derrière de Chipie qui pour le narguer davantage lui rappelle son nom « Chipie ». Il doit râler à l’intérieur de sa voiture à pédale. Mais bon. J’avais dit qu’il ne fallait pas nous chercher. Tant pis pour lui.
Bonjour, je m'appelle Chipie. Heureuse de vous connaître enfin.

Après deux heures et demie de trajet, j’arrive à destination. Je gare délicatement chipie. Je descends de la voiture et vois arriver Maître Ours.
-          Tu aurais dû m’appeler pour me dire que tu étais arrivé ? me dit-il.
-          Ben tu sais, j’arrive à l’instant. Le moteur est encore tout chaud.
-          Elle est superbe la voiture. Tu l’as joliment décoré. Aller vient boire le café.

Je finis de sortir mes affaires de mon coffre. Je ferme la voiture. Et nous montons à l’appartement. Là, j’ôte mes chaussures à l’entrée et je vais vite ranger mes affaires. Pendant ce temps, Maître Ours me sert le café. On discute du voyage. Je lui raconte mes exploits. L’autoroute n’est pas très fréquentée, ce qui la rend très agréable. De plus, les nombreux virages doux permettent de maintenir la vigilance. Un vrai plaisir. Il rigole lorsque je lui raconte la tête de ses frimeurs qui s’inclinent devant elle. Il sourit, car c’est lui qui me l’a choisi. Il savait que ces copains pilotes de courses et passionnés comme lui de courses automobiles n’allaient pas me vendre un veau. Ben oui, ils sont garagistes, pas bouchers. C’est logique.

Le café terminé, nous nous rendons au parc des expositions. Les copains nous y attendent. On passe donc en priorité à leur stand afin de faire un petit coucou. Puis Maître Ours me fit découvrir son univers et sa passion. Des voitures de tous les temps et de tous lieux. C’est impressionnant de voir l’ingénierie des constructeurs. Les voitures sont magnifiques. Et même si je n’y connais rien en mécanique, j’apprécie le style et les lignes. Je suis émerveillée. Mais, je ne peux m’empêcher de taquiner Maître Ours et devant une voiture pour enfant déposé devant un stand de pièces détachées, je lui propose d’acheter ce véhicule pour remplacer son 4x4 playmobile. La réponse ne fut pas celle attendue. Je reçus immédiatement une claque sur les cuisses. En plein parc des expositions, autant dire que je n’avais pas l’intention de me montrer plus qu’il ne faut. Et j’ai donc tu le « aïeeeeee » habituel. Restons discrète pensais-je au fond de moi. Le tour terminé, nous revenons au stand des copains. Là on partage un pique-nique convivial et bon enfant. Je les reverrai tous demain pour leur amener Chipie. Ils doivent y apporter quelques vérifications.

Il est déjà 15 h lorsque nous décidons de retourner à l’appartement. Mon dos est douloureux. J’ai besoin de me reposer un peu. Maître Ours me propose un massage. Je l’accepte volontiers. Mais avant, il m’invite à le rejoindre dans le salon. Il tient à la main un collier de soumise.
-          Viens me voir Mira

Je me dirige vers lui, bien au courant de ce qu’il m’attend. Le collier est le symbole de ma soumission. À partir de ce moment, je devrais obéir à Maître Ours sans tabous. Je suis à présent dégagée de toutes responsabilités. Dans le respect de notre contrat initial, j’accepte par ce geste de m’exhiber comme il l’entend et l’exige. La soumission telle que nous la vivons n’a rien de dégradant. Je ne le supporterais pas. Il ne m’insulte pas, ni ne m’impose des situations qui peuvent nuire à mon état d’esprit. Le but est de me faire progresser, par régresser au rang d’objet sans âme. C’est peut-être ce qui diffère dans notre jeu, des autres pratiquants. Le respect, toujours le respect, même dans le jeu.

Puis, direction la chambre où je reçois l’ordre de me déshabiller complètement. Cette tenue sera la plus prisée de mon séjour. Au moins, la valise cette fois-ci était légère. J’étais avertie. Je m’allonge sur le lit. Maître Ours saisit la pommade spéciale et me masse délicatement. Il est très attentif. Je suis sa soumise. Il prend bien soin de moi. J’ai l’impression d’être une poupée de porcelaine qu’on admire et dont on prend le plus grand soin. Je me sens nettement mieux. Il me quitte momentanément afin de se laver les mains. Puis il revient dans la chambre.
-          Ça va ? me dit-il.
-          Oui beaucoup mieux. Merci beaucoup. Je récupère là.
-          Bien. Donc à partir de maintenant tu es punie pour le Dindours. Tu t’en souviens !

J’avale ma salive. J’espère toujours qu’il oubliera, mais ce n’est pas encore prévu dans son programme.
-          Oui, je m’en souviens.
-          Très bien. Tu garderas le collier tout le temps durant l’intégralité du séjour. Ta tenue pendant ces deux jours est la suivante. À l’appartement tu seras tout le temps nue, sauf si tu as froid. Mais tu me demandes l’autorisation. Lors de nos sorties, tu te mettras en jupe sans sous-vêtement. Je veux pouvoir avoir accès quand je veux et, ou je veux à ton corps. Aucune résistance, sinon je te punie sur place.

Son regard ne laisse passer aucune faille. Sa voix est douce et ferme. Difficile pour moi de le contrer. Mon esprit m’échappe à cet instant. Un sentiment paradoxal m’envahit. Je me sens à la fois vulnérable dans mon intimité et forte de sa protection.
-          Bien, à présent tu vas recevoir la première fessée pour le Dindours. Tu en auras plusieurs, car cette faute est grave. On ne se moque pas de son Maître publiquement. Remets-toi sur le ventre.

Je me retourne doucement de peur de me faire mal à mon dos. Et j’adopte la position demandée par Maître Ours. Les claques s’abattent sur mes fesses qui virent du blanc au rose, puis au rouge. Je bouge un peu sous chaque impact. Mais je tiens et j’assume. Il s’arrête enfin. J’espère la punition terminée. Il retourne à sa chambre pour y récupérer le ceinturon.
-          Je t’avais dit que tu recevrais le ceinturon. Regarde-le bien. Il va t’apprendre à respecter ton Maître.

Le ceinturon a une largeur d’environ 5 cm. Il est en cuir. Maître Ours l’a doublé pour me le présenter. Je ne suis pas tranquille. Lui esquisse un sourire de réjouissance. Il détient une arme qu’il croit dissuasive. Les coups pleuvent à nouveau. L’impact du ceinturon est rayonnant. J’ai l’impression qu’il a doublée de largeur. Je me tords pour éviter les impacts. Mais rien à faire. Maître Ours est très adroit. Aucun coup ne rate sa cible. Satisfait de son travail, il m’annonce la fin de la première fessée. Il m’est difficile de m’asseoir dans la foulée. Je sens les fesses qui me brûlent. Je n’ose les regarder. Je les imagine bien rouges à souhait.
Il est déjà 18 h. On se connecte sur MSN afin de discuter avec Aline. Elle ne sait pas qu’à cet instant, je suis nue dans le salon et les fesses bien rouges. Je discute comme si de rien n’était. J’étais plongée dans ma soumission. J’étais Mira et personne d’autre. Aline en tant que bonne copine, enfin c’est ce qu’elle dit, c’est amusé à me provoquer. Forcément, je n’ai pas beaucoup tenu.

Aline a écrit : « Alors le 4x4 playmobile roule toujours Mira ? »
Mira a écrit : « Ben il l’a sorti pour que je gare chipie. Elle est toujours sale. »
Aline a écrit : « Quoi, il ne l’a toujours pas lavée !! ce n’est pas sérieux »
Mira a écrit : « Je ne te le fais pas dire. À croire qu’à la retraite, il n’a plus de temps pour la laver. »

Je n’avais pas remarqué que Maître Ours c’était levé. Il s’approche de moi et me dit :
-          Ça va se payer après le repas. Tu as profité du fait que je sois à la cuisine pour me chambrer, tu vas donc être fessé.
Et voilà, comment une soi-disant copine vous provoque pour vous faire punir.
Mira a écrit : « Ours vient de me punir à cause de toi. Je vais encore être fessée. »
Aline a écrit : « ma pauvre louloute, je te plais. MDR »
Je me déconnecte après nos formules habituelles et je rejoins Maître Ours. Nous mangeons en compagnie de l’animateur radio. Une vraie pipelette lui, il n’arrête pas de jacasser. Fidèles à son espèce mâle, de vrai perroquet. Le repas terminé. La vaisselle rangée. Nous retournons dans le salon. Une deuxième fessée m’attend. Beaucoup moins sévère que la première, mes fesses sont plus sensibles. Mais suffisante pour me faire réagir bien vite. Puis il m’impose une position d’exhibition afin de terminer la punition comme il se doit. Quelques claques sur les cuisses pour bien les écarter et ainsi lui permettre de jouer avec mon sexe et mes seins.

Je ne résiste pas aux plaisirs intenses que me procure cette position. Je lui appartiens et je suis fière de ça. 

6 commentaires:

Natoune a dit…

"Vulnérable dans mon intimité et forte de sa protection" C'est tout à fait ça...
Bien vue, Mira
Natounealive qui rêve de liens.

mirabelle33 a dit…

Bonjour Natoune. Bienvenue sur Fessée Pyrénéennes.
Un superbe paradoxe qui nous transporte.

Maître Ours a dit…

Bonjour natoune bien venue ici tu vois nous jouons réellement aline et mira l'une débute dans ces jeux l'autre passe au bdsm et ............. Je suis fier de jouer avec ses deux dalmes qui assument leur chambrage tant sur le forum que par msm je pense même que sur ppm elle vont continuer et je suppose que les nana du forum vont aider

Aline a dit…

Je suis super contente de ce que tu peux vivre grace à Maitre Ours, Mira!!

Ton récit est émouvant!!! Même si j'ai bien ri pour le coup du chambrage sur msn!!! cela me rappelle quelques claques sur les cuisses grace à toi!!! =))

Mike a dit…

J'aime beaucoup cette façon de concevoir le jeu dans un respect mutuel sans tomber dans le trop sucré.
La claque sur la cuisse au milieu du parc des expos, hou il y a de quoi faire rougir n'importe qui. Si à moi on me fait un coup comme ça, je crois que je fond, je coule sur le sol et une tomate n'aurait rien à envier à mon teint. Franchement je ne saurais plus où me mettre. Pas très sympa Aline avec sa copine mais je suppose que c'est une partie de ping-pong entre elles. Dextérité reconnue de Maître Ours, il est bien que la punie l'écrive. Un bon texte qui se lit sans accroche jusqu'au bout.

mirabelle33 a dit…

Ah ah, je prends note Mike !! je prends note. Je sens que je vais adorer le restaurant moi. ;))

:)) ;)) ;;) :D ;) :p :(( :) :( :X =(( :-o :-/ :-* :| 8-} :)] ~x( :-t b-( :-L x( =))

Enregistrer un commentaire

Pour utiliser les émoticônes mis à votre disposition vous devez saisir le code affiché à droite de l'image dans votre message.
Vous pouvez utiliser des balises HTML, comme <b> , <i> , <a> .

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...