sur notre blog Fessées Pyrénéennes. Maître Ours et ses soumises vous racontent leurs jeux entre adultes consentants. Fessées, bondages, exhibitions, à chaque soumise son jeu, ses plaisirs. Découvrez aussi l'apprentissage du rôle de domina de Mirabelle (soumise de Maître Ours) et les récits de ses soumis. N'hésitez pas à commenter et à participer aux provocations de ces chipies. Bonne visite.
Repères du blog :



récitsRécits carnet de punitionPunitions album photoPhotos VidéosVidéos




12 avril 2011

Récits

La découverte du fouet.

Troisième convocation : troisième jour.


Les jours passent et… ne se ressemblent pas. Dans la caverne de Maître Ours, il ne faut pas s’attendre à prendre des habitudes. Tout y est progression, découverte et liberté. Cela faisait déjà trois jours passés, et les fessées semblaient accompagner les aiguilles du temps. Bien sûr, j’avais un lourd prix à payer. Et comme je suis une femme d’honneur, j’ai assumé chacune d’elles.

Le troisième jour a été l’objet de la découverte du fouet. Instrument qui au même titre que les verges m’imposent un temps de réflexion lorsqu’une menace de son usage plane au-dessus de ma tête. D’autant plus que Maître Ours s’est donné la peine de s’entraîner à son maniement.
Il fait gris dehors et devant ce temps à notre défaveur, Maître Ours décida d’appliquer la punition à l’appartement. Il écarte les meubles et autres bibelots par précaution. Puis affichant un large sourire marquant son impatience à tester son instrument, il m’ordonna de me dévêtir.
J’ôte mes vêtements doucement afin de ne pas… m’entraver ! si je me blesse il ne pourra plus s’amuser, avais-je pensé ? Mais lui ne l’entendait pas ainsi, et malgré le port de certains de mes vêtements, il m’incita à accélérer un peu le rythme. Les claques judicieusement placées avaient pour effet de me déséquilibrer. Et forcement, m’obligeaient à râler. Ma déconvenue ne plut pas. Et me voilà assujétie, contrainte à une provisoire obéissance.
Le fouet enlaçait les courbes de mon corps. La lanière y traçait une ligne rouge. Et un aïe accompagné le claquement du bout du fouet. Je me tenais tranquille afin d’assumer ma punition sans avoir de supplément pour mauvaise conduite.
Maître Ours s’arrêta. Il contempla son œuvre et satisfait m’annonça la fin de la punition. Je me rhabillais rapidement. Ce qui ne manqua pas à son attention.
  • Ce soir Mira, tu seras à nouveau fouettée pour avoir mis du temps sciemment à te déshabiller. Que cela te serve de leçon pour la prochaine fois.

Je n’avais pas le courage de lui répondre. Ma supercherie n’avait pas fonctionné. Ou plutôt, il en avait décidé ainsi cette fois-ci. Et le soir avant d’aller me coucher et après avoir discuté avec Aline, je reçus une nouvelle correction avec le fouet. Mon sommeil fut paisible et bien calme. 

6 commentaires:

Aline a dit…

Raler, toi Mira??? tu fais ce genre de chose??? je suis surprise, je suis sure que ce n'était qu'une façon d'exprimer ta façon de penser et tes désirs!!!
Je sais que Maitre Ours a dû mal à comprendre cette nuance!!! ;)

Maître Ours a dit…

Bien sur selon "sainte" aline je n'ai pas compris ce que disait mira et donc arbitrairement je l'ai punie. Il est sur quand même que les punitions recues sont amplement méritées !!!! aline tu es bien placée pour le savoir !!!!!!!!!! je suis juste dans mes décisions et mes punitions sont acceptées par vous deux vous êtes championnes du chambrage avec pour mira "plus de métier" plus de culot mais aline tu te défend trés bien aussi Là un régal de jouer avec vous qui assumez en rouspétant mais qui assumez.

mirabelle33 a dit…

Je ne râle jamais, je m'exprime. C'est bien différent.

Il est sûr que si je fais un peu moins de chambrages je serai un peu moins punie. Mais t'as beau me le répéter, ben mon cerveau il n'en veut pas du tout de ta moral. Et donc je suis donc obligée, tu en es conscient j'espère, de te chambrer (et les autres fesseurs aussi).

Mike a dit…

Le fouet, j'en aie un mauvais souvenir. J'étais bien plus jeune, juste avant la trentaine et j'avais à cet époque goûté à pas mal d'instruments et subit un certain nombre de supplices. Comme tous, il y a les instruments qu'on n'aime pas trop et ceux qu'on accepte et même qu'on demande. Un seul n'avait jamais effleuré ma peau, le fouet. J'étais devenu gourmand et j'en voulais toujours plus. Un jour un fesseur que je connaissais m'a proposé une scéance de fouet.
J'avoue que j'étais très excité quand il m'a tendu le corps les poignets liés au dessus de la tête.
La suite fut un calvaire et au bout du sixième ou septième coup je réclamais l'arrêt qui fut accordé sans condition. Atroce, vraiment atroce. Bien trop douloureux pour en prendre le moindre plaisir.
Faut dire que le fouet en question était un vrai de vrai, un long en cuir tressé terminé par une fine lanière mouchetée.
J'avais eut, à chaque coup, l'impression d'être éccorché vif et les striures sur ma peau attestaient que je n'étais pas loin de la vérité.
Depuis, jamais je n'ai osé redemander ce genre de châtiment malgré l'insistance de certains qui me disaient que j'étais tombé sur un mauvais fouetteur et que le type fouet utilisé était bien trop cruel et même dangereux.
Peut-être ais-je eut tord de ne pas récidiver avec un instrument plus aproprié dans de meilleures mains.

Mira est bien courageuse et sans doute l'expérience de Maître Ours fait Que...
En tout cas le récit est frissonant.

mirabelle33 a dit…

Maître Ours est sévère, mais je n'ai pas eu à souffrir d'une telle violence que tu décris Mike. Bien sûr le fouet j'appréhende car c'est tout de même très douloureux. mais je n'ai eu aucune écorchure, je te le promets.

Mike a dit…

Je ne peux que le croire. Maître Ours est donc un expert.

:)) ;)) ;;) :D ;) :p :(( :) :( :X =(( :-o :-/ :-* :| 8-} :)] ~x( :-t b-( :-L x( =))

Enregistrer un commentaire

Pour utiliser les émoticônes mis à votre disposition vous devez saisir le code affiché à droite de l'image dans votre message.
Vous pouvez utiliser des balises HTML, comme <b> , <i> , <a> .

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...